Blogue

Manger entre les repas: Pour ou contre?

Mot de Julie
2018-01-25

MANGER ENTRE LES REPAS : POUR OU CONTRE?

J’ai l’impression qu’on mange beaucoup plus souvent qu’avant durant la journée. On semble avoir délaissé les repas copieux au profit de repas plus légers combinés à des collations plus fréquentes. Je n’ai rien contre le fait de collationner. Au contraire! Je suis pro collation mais… pas pour tout le monde, ni à tous les jours. Je vous explique pourquoi.

L’importance de répondre à un besoin physique
Plusieurs personnes éprouvent de la faim et des baisses d’énergie entre les repas, ce qui est à mon avis suffisant pour justifier la prise d’une collation. Or, le défi est de ne pas considérer la collation comme une nécessité de tous les jours. Notre appétit varie d’une journée à l’autre, selon la composition de nos repas et de nos activités par exemple, ce qui influence le besoin de prendre ou non un goûter. Ce n’est pas parce que l’heure de la pause sonne, qu’il faille automatiquement manger! Car une pomme avalée à 15h00, sans appétit, sera un surplus de calories pour notre corps. D’ailleurs, la collation n’est pas une obligation. Certaines personnes fonctionnent très bien qu’avec trois repas par jour.

Des aliments peu transformés svp!
Saviez-vous que 41% des aliments ingurgités entre les repas tomberaient dans la catégorie « autres aliments »? Cela signifie que près d’une fois sur deux, lorsqu’on prend un en-cas, on se tourne vers des aliments riches en calories, en sucres ou en matières grasses (ex. biscuits, barres tendres et muffins du commerce, chocolat, croustilles, boissons gazeuses). Mais pourquoi? J’ai parfois l’impression qu’on se prend pour des super héros, invincibles face aux conséquences néfastes et bien réelles de ces aliments ultra-transformés sur notre santé (ex. prise de poids, diabète, hypercholestérolémie, hypertension).

Les aliments frais comme les fruits et légumes, le yogourt, les œufs, les noix et les graines représentent d’excellents choix de collations. Populaires aux collations, les muffins et les barres de céréales gagnent définitivement à être cuisinés maison. Malheureusement, les versions transformées du commerce sont peu gagnantes pour la santé.

Le rôle des protéines dans une collation
Comme les protéines augmentent le sentiment de satiété, elles soutiennent plus longtemps que les glucides présents notamment dans les fruits et légumes. Par conséquent, si vous devez patienter quelques heures avant le prochain repas, parce que vous devez par exemple accompagner votre enfant à sa pratique de basketball après l’école, incluez des protéines à votre casse-croûte (ex. yogourt grec, fèves de soya grillés, œuf à la coque, petite conserve de thon).

Toutefois, si votre en-cas vise simplement à combler un petit creux, en attendant le prochain repas, les protéines ne sont pas nécessaires. Une collation composée uniquement de glucides et de fibres sera pleinement satisfaisante (ex. crudités, fruit frais, craquelins nutritifs).

Pour conclure, deux mots : appétit et qualité. Soyez à l’écoute de votre corps et lorsqu’une collation est nécessaire, misez sur des aliments nutritifs et savoureux. Votre corps vous en remerciera !